Bonne Fête de Marie Auxiliatrice et 153 ans de notre Fondation !

HYMNE : Routes d’Oblates

1- Route d’Oblates, ici commencée / Route d’Oblates, aux rudes montées
Longue marche fraternelle  / au soleil brûlant
Longue soif toujours nouvelle / d’aller plus avant

Route d’Oblates…

2- Route d’Oblates, fleuve de de désirs / Route d’Oblates, terres à conquérir
Vie priante, humble service,  / d’un monde en chantier
Don de soi et sacrifice / Sans rien marchander

Route d’Oblates…

3- Route d’Oblates, poids du crucifix / Route d’Oblates, clarté dans la nuit
Lorsque souffle la tempête,  / gardons notre foi
La Croix même nous enfante / Pour l’unique joie

Route d’Oblates…

(Sœur Mireille GARDE – O.A. : 24 mai 1965)

 

Relecture de la vie des 1ères missionnaires parties le 25 avril 1865 :

           « Pages d’Oblations – tome I » p. 6, 13, 14, 117 et 195

  • Sœur Marie-Marguerite Bernassau née au Vigan en 1840, commence son postulat le 24 mai 1865 et prend l’habit des mains du Père D’Alzon le 14 Aout. Au cours de sa dernière année du Noviciat, sr Marguerite fut du groupe d’Oblates qui assuraient les services économiques au collège du P. D’Alzon à Nîmes. Après sa profession le 19 Avril 1868, elle fut nommée et partie avec les 4 autres sœurs pour Andrinople le 25 Avril 1868. Son apostolat ? Sr Marguerite assurait la charge d’une classe, dans la première école des sœurs inaugurée le 24 Mai 1868 à Andrinople. Mais, de santé fragile ; elle tomba malade, et rentra en France, fut accueilli par le P. D’Alzon qui l’accompagna à Rochebelle le 11 Aout 1869. Elle meurt le 9 Novembre 1869, à l’âge de 29 ans. Le Père D’Alzon dit aux Oblates qu’il «  compte sur sœur Marguerite du haut du ciel, cette petite fleur, placée aux pieds de la Sainte Vierge, pour nous attirer des grâces » lettre P. D’Alzon du 17 Novembre 1869.
  • Sœur Marie-Colombe Balmelle née au Vigan en 1845, commence son postulat l’année 1865 et prend l’habit des mains du Père D’Alzon le 6Janvier 1866. Après sa profession le 19 Avril 1868, elle s’embraqua avec les 4 autres sœurs comme premières missionnaires pour Andrinople le 25 Avril 1868. Elle donna sa contribution dans la première école à Andrinople et continua comme enseignante à Caragatch. Lors de la guerre Russo -Turque, le P Galabert et Mère Jeanne de Chantal organisèrent des ambulances pour soigner les blessés et secourir les réfugiés. Il eut également l’épidémie de Typhus et la variole, et notre sœur tomba victime de son dévouement, en accueillant et en soignant les femmes et les enfants. Elle mourût le 6 juillet 1878, âgée de 33 ans.
  • Sœur Marie-Hélène Puech née à Costulbalde en 1843, elle entre à Rochebelle en Juillet 1866 et  prend l’habit des mains du Père D’Alzon en Décembre 1866.  Elle fut admise aux vœux et fit  profession le 19 Avril 1868.Toute joyeuse, elle prit la route avec les 4 autres sœurs comme premières missionnaires pour Andrinople le 25 Avril 1868. Lors de la guerre Russo -Turque, elle travaillait à l’hôpital d’Andrinople pour soigner les blessés .elle se dévoua auprès des malades atteintes du Typhus et elle fut  victime de son dévouement. Elle mourût le22 juillet 1878, âgée de 35 ans.
  • Sœur Marie-Thérèse de Jésus Salze née le16 mai 1835, à Sauclières (Aveyron). elle commence son postulat le24 mai 1865 et prend l’habit des mains du Père D’Alzon le 14/Aout 1865. C’était la plus âgée d groupe, et très pieuse, faisant aussi beaucoup de mortification. Après sa profession le 19 Avril 1868, elle s’embraqua avec les 4 autres sœurs comme premières missionnaires pour Andrinople le 25 Avril 1868. C’est à elle que le P. D’Alzon confia la responsabilité de la nouvelle communauté dans la mission d’Andrinople. Elle collabora avec beaucoup de zèle et dévouement avec le P. Galabert. Elle mourût le 1er Décembre 1902, âgée de 67 ans.
  • Sœur Marie-Valérie Sarran née à St André de Magencoules(le Gard) le 3 Décembre 1843. Elle commence son postulat en Aout 1865 et prend l’habit des mains du Père D’Alzon le 18 Octobre1865.  Elle eut le bonheur de faire sa profession le 19 Avril 1868, elle s’embraqua avec les 4 autres sœurs comme premières missionnaires pour Andrinople le 25 Avril 1868.  Son apostolat ? Elle fut chargée d’une classe dans la première école à Andrinople. En 1870, le P. Galabert la nomma directrice des enfants de Marie. De 1873 à 1879, Sr Marie Valérie fut nommé à l’Espérou dans la nouvelle communauté en collaboration à l’alumnat avec les AA. Elle retourne à Andrinople en 1879, puis nommée dans plusieurs nouvelles fondation en Orient (Phanaraki-Mostralti- Caragatch)- en 1915, elle fut expulsée avec d’autres missionnaires lors de la première guerre mondiale. Elle retrouve la paroisse de son village pour le catéchisme aux enfants. Elle fut rappelée à Dieu le 22 Décembre 1915, âgée de 72; ayant laissé un bon témoignage de dévouement- de piété et de zèle missionnaire.

La vie de nos premières sœurs missionnaires relate un grand amour du Christ et de son Église qui a suscité en elles une grande disponibilité à l’action de Dieu, et à la mission sans calculer les épreuves, ne se laissant pas abattre devant les obstacles. Toutes ont fait preuves de l’endurance vécue face aux conditions difficiles de la mission. L’amour de Dieu, la foi et la confiance dans sa présence, la joie d’être missionnaire au nom de Jésus… font avancer le Royaume.

 

Bonne Fête des 153 ans de notre Fondation !

Publicités

Triduum de prière avec et pour notre Congrégation

Après 150 ans de riche histoire en Bulgarie

et d’engagement au service de la mission :

  • Remercions le Seigneur pour le courage missionnaire de nos premières Sœurs qui a porté des fruits jusqu’à nos jours.
  • Demandons la grâce de la fidélité et de la croissance spirituelle pour chacune de nous.
  • Intercédons pour de nouveaux apôtres, pour de nouvelles vocations missionnaires.
  • Prions pour notre Congrégation,

pour notre conversion et pour notre unité,

pour l’ouverture à l’action de l’Esprit Saint et aux signes des temps,

pour le don de l’Espérance !

 

Le 17 août 1868, le Père d’Alzon écrivait à Mère Correnson :

« J’ai demandé à Lourdes ma conversion, l’esprit d’oraison et le don d’embraser les âmes et de faire aimer Notre-Seigneur et la Sainte Vierge Marie » (E.S. p. 838).

Afin d’actualiser cet événement fondateur pour l’histoire et l’évolution de notre famille religieuse, je vous invite à vivre ensemble

du 22 au 24 mai 2018,

 un Triduum de prière pour notre Congrégation.

Chaque communauté trouvera la forme qui lui correspond le mieux.

 

Belle fête de notre fondation !

 En communion fraternelle avec toutes les Oblates

et avec tous nos amis laïcs à travers le monde,

 

                                                                                                 Sr Felicia GHIORGHIES

Supérieure générale

Au revoir Sr Georgette-Marie Fayolle …

Sr Georgette-Marie FAYOLLE

Sœur Georgette-Marie FAYOLLE

 

rappelée à Dieu le 05/05/2018

Elle était âgée de 89 ans dont 61 vécus dans la vie religieuse.

Elle fut Supérieure générale de 1975 à 1993.

Les funérailles ont été célébrées le vendredi 11/05/2018, à 14h30, au Mesnil-St Denis.

 

.

Texte du mot prononcé par Sr Felicia GHIORGHIES, Supérieure générale lors des obsèques de Sr Georgette-Marie FAYOLLE et écrit avec l’aide de Sr Marie-Aline VAUQUOIS (qui a collaboré longtemps avec Sr Georgette-Marie).

Sr Georgette-Marie, « disciple-missionnaire », « ouvrière d’unité » !

A la suite du Christ, sœur Georgette-M, vous avez perçu votre vie comme une mission. Celle de réaliser le projet du Père.

Vous êtes née le 30 novembre 1928, dans une bourgade de la France profonde située dans les Monts du Lyonnais. Votre famille profondément chrétienne du porter dans la foi le décès de votre maman laissant 3 jeunes enfants. Quelques années plus tard, votre père s’étant remarié, une petite sœur fut accueillie. C’est dans votre village, qu’en famille, vous vous rendez à la messe, et que vous allez sur les bancs de l’école. Elève studieuse vous continuez vos études supérieure à l’Institut catholique de Lyon pour être diplômée d’une licence en mathématiques/physiques.

1950, c’est l’heure du choix. Une carrière prometteuse s’offre à vous, mais dans le profond de votre cœur, le désir de suivre le Christ est plus fort que tout. Vous voulez entrer dans la vie religieuse « missionnaire ». Le dogme de l’Assomption vient d’être proclamé et vous rencontrez sur votre chemin la Congrégation de « Assomption ». Vous accueillez ce signe comme un appel à approfondir le charisme de ses religieux. Vous découvrez le P. E. d’Alzon : son identité fondamentalement missionnaire, sa passion pour le Royaume, son amour de l’Eglise pour travailler à son unité avec le Christ. C’est pourquoi, vous décidez de suivre cette voie en entrant chez les Oblates de l’Assomption, religieuses missionnaires. Après deux ans de noviciat au Fort-Manoir, le 12 mai 1957, vous prononcez vos premiers vœux dans cette chapelle où nous sommes en ce moment. Vous êtes alors envoyée en mission à l’Institut Ste Elisabeth, à Paris, comme professeur de Physique. En 1962, année de l’annonce de la tenue du Concile Œcuménique Vatican II, vous vous engagez définitivement sur ce chemin à la suite du Christ. Votre route est alors traversée par le Vent de l’Esprit qui souffle sur l’Eglise, mais aussi par celui qui bouscule nos sociétés, comme en témoigne les mouvements de mai 1968 en France.

Alors que l’Eglise appelle la vie religieuse à remplir sa mission évangélisatrice avec un langage et dans des formes adaptées au monde actuel, en avril 1975, vous êtes élue supérieure générale. Vous servez fidèlement vos sœurs et l’Eglise durant 18 ans. En collaboration avec les membres de votre Conseil et avec les diverses responsables, vous « travaillez à raviver l’eau de la source fondatrice », par des fondations en terre lointaine : Asie, Amérique latine et en multipliant celles d’Afrique. En Europe, bravant le rideau de fer, vous entreprenez des voyages en Roumanie, à Moscou. Vous rappelez sans cesse que les Oblates de l’Assomption sont des « filles de l’Eglise, ouvrière d’unité ». A la fin de vos mandats de supérieure générale, vous partez vous-mêmes en mission sur cette terre de Roumanie pour aider cette jeune pousse à renaître. Jusqu’à aujourd’hui partout, on se souvient de vous avec respect et reconnaissance. Ce que nous a marqué aussi, c’était votre côté fraternel en vous intéressant toujours à la vie de vos sœurs, en demandant des nouvelles de leur famille et de leur pays.

Il y aurait encore tant de choses à relater au sujet de votre vie si riche : votre énergie consacrée au service de la jeunesse par la création et le suivi de la Tutelle des établissements scolaires, le travail pour l’unité avec nos Sœurs de Bordeaux, les épreuves traversée comme l’accompagnement des sœurs au cœur du drame au Rwanda : l’assassinat par les rebelles de Sr Guido et de Françoise dans la nuit du 25 février 1992.

Sr Felicia et Sr Georgette en allant à la messe

Missionnaire vous l’avez été par toute votre vie, Sr Georgette-Marie, parce que vous étiez attachée fermement au Christ. Vous avez participé de tout votre cœur à l’Incarnation mystique du Christ, mystère qui a soutenu toute vie religieuse.

Aujourd’hui vous rencontrez face à face l’Etre aimé, l’Epoux qui vous a tant aimé et à qui vous avez donné votre vie : Jésus Christ. Que votre souci de l’unité, votre humilité, votre sens surnaturel et votre proximité fraternelle deviennent les nôtres !

Sr Georgette-Marie, avec ceux et celles que vous avez aimés et servis et que vous avez rejoints, avec ceux et celles que vous venez de quitter, permettez-nous de faire monter vers Notre Père du ciel, ce simple mot « MERCI ».

Deux courtes syllabes que vous avez prononcé si souvent pendant ces dernières temps à tous ceux qui vous aidaient de leurs soins.

Un merci que nous devinons si rempli de reconnaissance pour le plus petit service. Vous, notre Sœur aînée, vous nous avez édifié jusqu’au bout. MERCI pour votre témoignage d’Oblate !

.Seigneur, offert par les mains de Notre-Dame de l’Assomption, « MERCI »  pour la vie de notre Sœur. Comble-la de ta paix et de ta joie et que son « oui » donné jusqu’au bout, féconde les terres anciennes et nouvelles de la Congrégation des Oblates de l’Assomption qu’elle a tant aimé et servi.

« Aimer c’est tout donner et se donner soi-même ».

Dans l’espérance de la résurrection avec le Christ, au revoir Sr Georgette-Marie !

Découvrez aussi en PDF :

 

Quelques photos de Sr Georgette :

 

Prière pour la Paix

tribune-paix-e1319121553143

Chers Sœurs et amis laïcs,

L’escalade des déclarations de guerre et des exercices militaires de la Corée du Nord, des Etats Unis et d’autres Etats est un danger à l’échelle planétaire. Nous en sommes tous concernés.

Face à cette réalité préoccupante et sur demande d’une Oblate Coréenne, les Sœurs de la Maison généralice ont pris l’initiative d’une veillée de prière pour la paix dans la Péninsule Coréenne et dans le monde.

Elle aura lieu, le mercredi, 4 octobre 2017 à 17h00.

Je vous invite toutes et tous à vous unir à nous de partout où vous serez, à ce moment, à travers le monde. En fonction de vos engagements apostoliques et de vos horaires, chaque communauté pourra prévoir un moment de prière dans la journée du 4 octobre.

En ce début du mois d’octobre – mois missionnaire, merci d’avance pour votre solidarité spirituelle !

Paris, le 1er octobre 2017                                                                    Sr Felicia Ghiorghies
Supérieure générale

Bonne Fête de l’Assomption 2017 !

Le Chapitre Général 2017 au fil des jours …

Chères Sœurs et chers Amis,

Du 8 au 30 juillet, nous vivrons le

XVIème  Chapitre général de notre Congrégation

avec le thème :

« Oblate de l’Assomption,

porte l’espérance de Jésus-Christ à tes frères ».

 

La Région d’Italie et notre Communauté de Florence nous accueillent pour ce grand événement. Je les remercie vivement pour leur dévouement et esprit de famille.

Je vous invite toutes et tous

à nous soutenir avec votre prière et

à nous suivre jour après jour…

Le Blog du Chapitre, créé spécialement pour cette occasion, va essayer de vous partager notre expérience capitulaire au fil des jours et sous la mouvance de l’Esprit Saint. A l’aide des articles et des photos, vous serez davantage en communion avec nous.

Je remercie dès maintenant la responsable du « Service Communication » de notre Chapitre général, Sr Marisa HIPOLITA DUARTE pour la création du blog et le travail de le rendre vivant.

Vous pouvez suivre l’actualité du Chapitre à partir de ce lien :

https://oachapitregeneral2017.wordpress.com/

Si vous êtes intéressés à nous accompagner dans cette aventure du Royaume de Dieu et à la recherche de la volonté de Dieu pour notre Congrégation, vous avez la possibilité de vous abonner gratuitement en écrivant votre adresse mail sur la colonne de droite, dans la rubrique « S’abonner ». Vous allez recevoir une notification chaque fois qu’un nouvel article sera publié.

Nous comptons sur votre prière afin que nous nous laissions conduire par l’Esprit Saint.

En communion fraternelle,                                                                  

  Sr Felicia GHIORGHIES

Supérieure générale

                                                                                                                   

 

Belgique – remerciements …

Soeur Gabrielle-Marie ISSELEE décédée le 06-03-2017

« La communauté de Bruxelles

et toute la Région de Belgique-Jérusalem

remercient toutes nos sœurs et connaissances

pour leurs messages de communion

lors du retour au Père de notre Sr Gaby.

Elle vous restent unies dans la prière et le souvenir d’une vaillante missionnaire. »

Faire part de son décès

Lettre à la Famille de l’Assomption …

Chères Sœurs et chers Frères,

L’année 2107 sera une année capitulaire pour toutes les congrégations de l’Assomption, à l’exception de nos sœurs aînées, les Religieuses de l’Assomption, qui tiendront leur chapitre en 2018.

dsc00427

Conseils généraux de la Famille Assomption

.

Nous tenons à vous informer

du travail que nous avons effectué

dans le cadre des rencontres

des Conseils généraux

depuis 6 ans.

.

L’expérience de partage et de fraternité a été le point fort de nos réunions. Nous pouvons dire que nous avons progressé au cours de nos rencontres et que notre connaissance mutuelle nous a permis d’aller plus loin dans l’approfondissement de nos charismes respectifs. Un esprit de collaboration et de respect nous a permis de vivre ces rencontres avec beaucoup de joie et de bonheur. Nous souhaitons que, autant que faire se peut, l’expérience se diffuse à tous les niveaux où l’inter-Assomption existe : niveau local, régional ou provincial.

La réunion des Conseils généraux a lieu une fois par an. Initialement le rythme était d’une réunion tous les 18 mois, mais nous avons estimé qu’il était important de nous voir plus souvent pour faciliter notre découverte mutuelle. Nous avons voulu prendre du temps pour réfléchir à ce qui fait le cœur de notre vie de consacré(e) : les vœux de religion. C’est ainsi qu’année après année, nous avons étudié la pauvreté, l’obéissance et la chasteté dans les écrits de nos fondateurs. Il s’agissait pour nous de retrouver l’élan de nos origines. Des livrets sont en cours d’édition et ils seront diffusés dans les langues principales de nos congrégations. Chacun des sœurs et frères pourra ainsi s’approprier les éléments constitutifs de notre charisme commun pour mieux en vivre et les faire connaître.

inter-assomption-kenya-juillet-2015

Formation des Formateurs – Kenya – 2015

La session de « formation des formateurs » à Nairobi (Kenya) a été aussi un temps important pour l’inter-Assomption. Les formateurs ont appris à travailler ensemble et à découvrir la richesse des uns et des autres pour la communiquer aux jeunes en formation. Nous devons mieux nous approprier le charisme de chacune de nos congrégations car la complémentarité est une force. Nous demandons aux Supérieurs majeurs de voir comment accompagner les formateurs à se rencontrer localement pour la mise en application de différentes orientations de cette session.

Un autre fruit de nos rencontres a été dans la décision de réunir les Économes généraux. Désormais des rencontres régulières sont organisées pour favoriser le partage d’expérience et soutenir chacun dans sa tâche. Notre préoccupation pour les questions de Justice et Paix-Intégrité de la création (JPIC) s’est aussi accrue au cours des années. Nous avons reçu de nombreuses informations du Secrétariat International JPIC et nous souhaitons que chaque communauté se fasse l’écho du travail réalisé par celui-ci, notamment de la newsletter qui paraît régulièrement et des propositions faites dans le site (http://www.jpic-assumpta.org/). Vous aurez à cœur de prier pour nos frères captifs et assassinés en République Démocratique du Congo, lors de la journée du 20 mars qui leur est dédiée.

Nous ne voudrions pas conclure ce message fraternel sans vous inviter à prier pour toute la famille de l’Assomption. Nous avons l’intime conviction que le travail pour le Royaume demande des femmes et des hommes généreux et passionnés. Nous comptons sur vous.

 

Paris, le 2 février 2017

Sœur Martine Tapsoba, R.A.

Père Benoît Grière, A.A.

Sœur Felicia Ghiorghies, O.A.

Sœur Marie-Françoise Phelippeau, P.S.A.

Sœur Anne Huyghebaert, Or.A.

Rwanda – 25ème anniversaire de mort de Sr Guido Poppa et Françoise …

poppa

Sr René-Guido Poppa

francoise

Françoise Nyirangendo

.

25 Février 1992

25 Février 2017

.

Deux semences

du Royaume de Dieu

 

 

.

Bien Chères Sœurs,

Rushaki à 91,7 Km de la Capitale Kigali

.Aujourd’hui le 25 Février 2017,

nous faisons mémoire de l’assassinat de

Sr Guido Poppa et de l’aspirante Françoise, 

il y a 25 ans,

au Rwanda, dans la première communauté des Oblates de l’Assomption

à Rushaki.

.

Afin de mieux les honorer, au moment du Jubilé des 150 ans de la fondation de notre Congrégation, nous avons pris l’initiative de transférer les deux corps du petit cimetière de Byumba à Rukomo (lieu de notre communauté et école). Pour le moment, le contexte actuel, n’est favorable ni pour les démarches d’une reconnaissance officielle ni pour le transfert.

Cependant, notre mémoire reste vivante et notre prière fervente.

Dans les trois jours qui suivent, j’invite toutes nos communautés à travers le monde, à vivre un moment de prière à cette intention. C’est une bonne occasion de faire découvrir aux jeunes Sœurs et à nos amis et collaborateurs laïcs, la figure de nos martyres contemporaines. C’est un devoir pour nous de transmettre l’histoire vivante de notre famille religieuse à travers ses membres. Grâce à Dieu, les figures fondatrices de nos Sœurs continuent à tisser avec le fil de leur vie, le merveilleux tableau de notre Congrégation et du vécu de notre charisme. Au sein de l’Eglise universelle, des peuples et des cultures, nos Sœurs continuent à vivre leur mission avec amour, en silence et dévouement.

Une vie donnée pour la mission, deux semences, une plus jeune, l’autre plus mûre, tombées en terre d’Afrique pour l’ART. Ne les oublions pas ! Qu’elles intercèdent pour nos cœurs, nos communautés, nos pays et pour le monde entier, le don de la Paix et de l’Espérance !

Confiante dans le dessein d’amour du Seigneur sur notre Congrégation,

Sr Felicia Ghiorghies
Supérieure générale

Référence : Pages d’Oblation, Tome XIV, p. 163

Lettre aux Sœurs des communautés d’Europe après le Chapitre Continental …

2

1Chères Sœurs,

Je remercie avec vous le Seigneur, pour sa présence bienveillante avec laquelle il nous a accompagnées pendant le Chapitre continental. Nous avons vécu 8 jours riches en fraternité, partage de la réalité de nos communautés d’Europe, de réflexion, de débats, de projets à court et à moyen terme … 

Mais nous avons bien vu et senti, que nous n’étions pas seules – vos prières, vos messages fraternels avant et durant le Chapitre nous ont bien accompagnées, soutenues et réconfortées. Votre présence effective à travers votre prière et vos messages a été notre force et notre joie.

Nous remercions encore Sr Veronica, Supérieure régionale de Belgique et son conseil d’avoir accueilli favorablement notre demande de vivre le Chapitre continental à Froyennes.

Nous remercions également Sr Dominique et les Sœurs de la communauté de Froyennes de nous avoir accueillies dans leur communauté pendant toute une semaine. Leur présence et leur prière, nous ont bien soutenues, encouragées à continuer nos travaux. Nous leur sommes très reconnaissantes.

Nous avons démarré le Chapitre par la présentation de chaque Région, à travers des diaporamas qui ont repris succinctement,  l’histoire des Oblates de l’Assomption d’hier et d’aujourd’hui. Ce fut une bonne occasion de revoir des visages connus, et de nous rappeler le parcours que chaque Province, Région a fait depuis l’arrivée des Oblates de l’Assomption dans le pays, jusqu’aujourd’hui.

Le Rapport du Continent sur les 5 dernières années, les Rapports financiers des Régions, les diaporamas  et les travaux des Commissions nous ont bien aidées à comprendre la réalité de nos Régions et de nos communautés.

Chaque matin, dans la salle du Chapitre nous nous retrouvions  20 personnes : 7 membres de droit, 8 déléguées et 5 invitées. La présentation des rapports, les débats, les échanges étaient riches vu le nombre de personnes présentes dans la salle et la représentativité de nos Régions.

Le travail de chaque Commission était de mettre en commun et synthétiser le travail des Assemblées Régionales. Le but de cette mise en commun était d’arriver à formuler un seul texte pour chaque Commission, texte qui sera présenté au Chapitre général de la part des Régions d’Europe.

Nous avons essayé de bien équilibrer nos journées entre la prière, le travail en petits groupes, en Commissions, en Assemblée plénière. Les temps des repas nous ont permis de continuer la riche découverte des unes et des autres, à travers les partages interpersonnels.

Comme vous le savez, le Chapitre continental avait aussi comme mission d’élire les déléguées de nos Régions d’Europe, au Chapitre général.

Après une courte présentation de la mission et de l’enjeu d’être déléguée au Chapitre général, nous avons procédé à leur élection.

Le Conseil de Congrégation 2016 nous avait donné des indications dans ce sens : une déléguée par tranche de 30 Sœurs de la Région.

Au Chapitre général, le continent Europe sera représenté par : 3 membres de droit et 9 déléguées.

Membres de droit :

  • Sr Claire RABITZ – en tant que Supérieure générale ayant rempli le mandat précédent. Cf. (RV 142 a)
  • Sr Bernadetta ZEDIU – en tant que Supérieure continentale
  • Sr Benin Eugénie KONE – en tant qu’Assistante du Continent comptant plus de 120 membres. Cf. (RV 142 a)

Voici le résultat de l’élection des Déléguées et de leurs Suppléantes au Chapitre général :

Région Belgique

  • Déléguée            Sr Dominique BOUWENS
  • Suppléante         Sr Jeanne-Thérèse KAVIRA KAHONGYA

Région France

  • Déléguée            Sr Marie-Paulette ALAUX
  • Déléguée            Sr Zoé  VANDERMERSCH
  • Déléguée            Sr Sandrine DEMOURY
  • Suppléante         Sr Judith BALIKWISHA KAVUO
  • Suppléante         Sr Joséphine CANNY
  • Suppléante         Sr Régine MARSDEN

Région Italie

  • Déléguée            Sr Lidia   CORIZZA
  • Déléguée            Sr Salomé KALONDA TULIA
  • Suppléante         Sr Luisa DRAGO
  • Suppléante         Sr Geneviève MASIKA KAWAYA

Région Pays-Bas

  • Déléguée            Sr Anita VAN DEN BROEK
  • Suppléante         Sr Myriam SANDKUIJL

Région Roumanie

  • Déléguée            Sr Angela BITIUSCA
  • Déléguée            Sr Maria ZEDIU
  • Suppléante         Sr Marieta BECA
  • Suppléante         Sr Marinela HAZU

Les Règles capitulaires précisent que le Chapitre continental doit se tenir en deux temps :

  • avant le Chapitre Général – mission : faire la relecture de la vie de nos Régions et la préparation du Chapitre Général
  • après le Chapitre Général – avec l’objectif de chercher comment appliquer dans la Province, les directives reçues au Chapitre Général.

Le travail effectué et les moments forts du Chapitre continental, nous les avons vécus dans un très bon climat de travail, d’écoute, d’échange, de débat, de fraternité…

Pour bien préparer le Chapitre général qui approche de plus en plus, demandons au Seigneur, la grâce :

  • de comprendre comment l’Église, la Congrégation avancent,
  • de comprendre comment accueillir les surprises de l’Esprit
  • de la docilité à l’Esprit, pour marcher sur le chemin que le Seigneur Jésus veut pour chacune de nous et pour toute l’Église.

Bonne préparation et bon cheminement vers le Chapitre général.

Sr Bernadetta ZEDIU

Supérieure continentale

Conclusion du Chapitre continental …

Une étoile, des Mages…1

Comme les Mages,

nous sommes à la recherche de Dieu  …

Les Mages se laissent guider par une étoile, par Dieu – à travers des frontières et des routes inconnues – vers la grande Lumière. Enfin arrivés à une étable, sûrs qu’ils ne se trompent pas, ils tombent à genoux aux pieds du vrai Roi, devant ce Dieu qui, d’une manière inattendue, se manifeste dans cet enfant. 

Dans notre vie, il y a aussi des « signes divins », mais il faut encore que nous soyons ouvertes à accueillir ces manifestations. Le récit des Mages nous montre un » voyage de recherche », une route vers la vie.

Au plus profond de nous-mêmes la Lumière divine est présente. Mais, pour la découvrir, il nous faut oser suivre l’étoile à travers obscurité, incertitude pour pouvoir offrir nos présents : oblation, accueil,  ouverture, disponibilité, amour altruiste, …notre propre vie, car nous suivons ensemble la même étoile, le même Jésus Christ.

Aujourd’hui, chacune de nous, est invitée à suivre son étoile, à l’écoute de la Parole de Dieu, des événements, dans le dialogue avec nos Sœurs, dans le partage, le service fraternel…

Que la lumière de l’étoile, vienne éclairer abondamment nos routes de pénombre, de lumière  – et continue à briller sur nous, mais aussi sur tous les chercheurs de Dieu !

 Quelle orientation pour aujourd’hui et pour demain ?

Après une semaine de travail en Chapitre, nous pouvons dire que, notre contribution au Chapitre général est de proposer une orientation réaliste pour notre future Province d’Europe.

Imaginons-nous devant un panneau avec une flèche.

Que de fois il nous est arrivé de ne pas savoir où aller, par où aller… parce qu’il n’y avait aucune indication.

Une flèche indique une orientation, un sens, un passage obligé. Refuser le sens qu’elle donne est un risque. Accepter la direction proposée rend le chemin libre…, ouvert…

Que c’est précieux pour un chauffeur, voire même pour un piéton, lorsqu’il cherche une adresse précise ! 


S’orienter :
 chercher la juste direction… 

2Une flèche indique une direction : à droite, à gauche, sens unique, sens obligatoire.

Ce sont, en général, souvent des indications de directions horizontales.

Mais pour des décisions spirituelles, il s’agit plutôt de monter plus haut ou de descendre plus profond.

Or ces directions ne sont pas aussi simples à suivre que les horizontales : on y rencontre plus de doutes, de peurs, d’incertitudes, de détachements ; mais aussi plénitude de vie, reconnaissance des grâces reçues…

Une conviction qui peut nous rassurer : Le Christ, n’est-il pas notre grande « Flèche », notre Chemin ? Et le Saint Esprit notre grand Guide ?

Tout au long de ce Chapitre, nous avons beaucoup réfléchi, débattu sur la direction et les moyens à prendre. Nous pouvons dire que la flèche à suivre a été éclairée.

La flèche est là, banale, peut-être, mais elle a le mérite d’être claire : il faut aller dans la direction indiquée, sinon, le but vers lequel elle oriente, ne sera pas atteint.

Tout cela peut paraître négatif, ou du moins ne pas susciter de l’enthousiasme.

Un « ordre » n’est pas forcément attractif. Et pourtant ! Peut-on imaginer vivre, réaliser un projet, rendre la vie possible et même heureuse autour de soi, sans se conformer à des orientations ? Si nous enlevions toutes les « flèches » qui nous guident dans notre vie quotidienne, quelle cacophonie, quel désordre, pour soi, pour tous. En ces temps de Chapitres continental et général, il nous est bon d’accueillir des « Orientations ». Et de nous y engager.

Merci, Seigneur, de nous redire que nous avons tous besoin de guides, de repères, de signes au quotidien… Donne-nous assez d’humilité pour reconnaître et accepter que le chemin de la vie se cherche et se trouve à plusieurs !

Un chemin de lumière

3Nous pouvons nous demander : Qu’attend la petite fille en haut de l’escalier ? 

Peut-être prépare-t-elle la venue de quelqu’un qu’elle aime et qu’elle accueillera avec ce chemin éclairé ? 

Peut-être, a-t-elle le désir « d’être elle-même lumière » pour cette personne aimée et pour toute personne rencontrée.

L’escalier est l’image de notre vie avec ses jours de lumière et ses jours de ténèbres, ces lumières qui s’allument au contact des autres. 

Cette petite fille semble découvrir que ce chemin, on ne le parcourt pas sans effort. Jésus nous dit : « Je suis la lumière du monde, celui qui marche à ma suite aura la lumière de la vie ».

Oui, toute notre vie ressemble à une « échelle » avec des innombrables marches.

Souvent, nous avançons comme à tâtons, et c’est chaque jour, que nous avons besoin d’une lumière.

Non d’une clarté éblouissante qui aveugle, mais d’un « signe » discret venant d’une rencontre, d’une écoute … Petit lumignon posé là sur notre route, signe d’espérance, source de joie, porteur de paix.

Pendant ce Chapitre, nous avons posé quelques lumignons sur ce chemin vers la Province Europe.

Demandons au Seigneur de nous apprendre à découvrir ces étincelles de lumière à travers l’autre, à travers les autres différentes de moi, de nous aider à être chandelles, lumignons pour ceux et celles que nous rencontrons…


L’Annonciation – une page blanche dans la vie de Marie

4Se trouver seul(e) devant une page blanche peut être angoissant.

Ce peut être exaltant aussi…

Marie est là, recueillie, dans une attitude d’humilité et d’abandon.

La page est blanche.

Mais Marie n’est pas seule. L’ange, porteur d’un message de la part de Dieu, se montre particulièrement proche et protecteur. D’une main, il tient la page prête à être déroulée. De l’autre, il semble encourager Marie dans une attente pleine d’amour. Son regard aussi est intensément présent et respectueux, en ce moment unique où Marie garde la liberté totale de sa réponse.

En cette fin de Chapitre continental et en attente du Chapitre général, chacun de nous peut se sentir aussi devant une page blanche. 

Que sera-t-elle ?

Son écriture revient à chacune de nous, mais nous pouvons compter sur les autres pour nous y aider, et surtout sur Dieu qui – aujourd’hui comme hier – se penche à chaque instant avec amour et respect sur chacun de ses enfants…

Prendre la route ensemble  


5Partir implique la décision de se mettre en route
.

Marcher, faire des pauses, être à l’écoute de l’autre, repartir, faire silence… autant d’invitations à nous laisser renouveler, à changer notre regard sur nous-mêmes, sur les autres et sur Dieu.

Prendre la route ensemble ! 
C’est chaque jour que le Christ nous invite à reprendre la marche avec lui, et à sa suite.

Mais ce temps fort de Chapitres continental et général nous invite spécialement à cheminer sur la route qui passe par la Passion peut-être, mais nous sommes sûres que cette même route porte vers la Résurrection ! 

Cheminer seule, c’est possible, cheminer à plusieurs c’est indispensable !!!

Mettre en commun nos lumières, nos joie, nos projets, nos préoccupations, nos craintes parfois !
Prendre la route ensemble… En recherche de la vie, de l’essentiel … dans la vie.

A chacun son rythme, sa manière d’être… groupé, ou un peu à distance, avec ou sans provisions.

Le chemin sera-t-il long ?

Il se laisse découvrir, pas à pas, virage après virage. Etre à plusieurs sur ce chemin est une force.

Ensemble, nous avons essayé de dessiner une image possible de la future Province d’Europe.

Ce qui me semble le plus important pour aujourd’hui et pour demain, c’est de laisser l’Esprit Saint travailler nos cœurs, nos vies et – de notre côté –  nous mettre à son école.

Je voudrais souligner aussi le même mot, esprit, mais dans un autre sens.

Dans ce processus de réorganisation que nous sommes en train de vivre, ce qui me semble décisif c’est l’esprit, l’âme que nous allons donner à notre Province. Ce n’est pas la Province d’Europe, mais c’est notre Province d’Europe, c’est ma Province d’Europe.

Donc chacune de nous, chacune de nos sœurs est invitée à prendre une part active à la vie de notre Province, à différents échelons, de différentes manières, bien sûr.

Saint Paul nous donne la meilleure compréhension de notre réalité, de notre travail à faire, lorsqu’il parle de la place et de la fonction de chaque membre d’un même corps.

Demandons au Seigneur, la grâce de comprendre comment l’Église, la Congrégation avance et de nous y engager selon nos possibilités et nos forces.

L’Esprit ne nous laisse pas seules, il nous donne du courage, de la patience, il nous aide à surmonter les difficultés inhérentes à la vie, il nous assure d’être avec nous tous les jours, sur le chemin de Jésus.

Bon retour dans vos communautés et bon repos après ce temps intense de Chapitre.

Sr Bernadetta ZEDIU

 

L’EUROPE EN CONSTRUCTION – Chapitre Continental d’Europe…

20170121_212057Selon le thème :

« Oblate de l’Assomption,

porte l’espérance de Jésus-Christ à tes frères »

Les Oblates de l’Assomption  de cinq pays d’Europe se sont réunies du 21 au 28 janvier 2017 à Froyennes (Belgique) pour préparer la future province d’Europe. 
Pour ce faire, les représentantes des Oblates (membres de droit et déléguées) de Belgique, France, Italie, Pays-Bas, Roumanie ont réfléchi à ce projet.
Au-delà de la langue française, italienne, néerlandaise, roumaine, les échanges se sont déroulés dans la bonne humeur et en toute fraternité. Il est vrai que beaucoup d’entre elles ont fait des études à Paris, Rome ou Bruxelles, ce qui a facilité l’avancée des travaux.

De quels travaux s’agit-il ?

D’abord l’écoute et l’étude de rapports, moral et financier, des six dernières années par les responsables de chaque pays puis, le travail des Commissions concernant la Vie spirituelle, le charisme et les vœux, la Vie communautaire, apostolique, la Formation, la Pastorale des jeunes et vocationnelle, les Finances, les Missions, l’organisation…

Les résultats de ces réflexions seront apportés en juillet 2017 au grand rassemblement des représentantes des Oblates du monde entier qui auront aussi vécu la même préparation (Afrique, Asie, Amérique latine). Cette rencontre aura lieu à Florence (Italie).

20170122_143229Ce temps de labeur a été important certes, mais il a été accompagné de temps de loisirs et de très bons repas, simples mais copieux et savoureux, offerts par les Sœurs de Froyennes et agrémentés, comme d’habitude, par les dons des pays.

À Florence, la canicule de juillet remplacera les frimas de Froyennes. Il y aura la même ardeur à la tâche et aussi la bonne humeur sans oublier l’accueil chaleureux de l’Italie mais, avec une grande interrogation quant à l’avenir. Ce sera l’élection de la Supérieure générale et de son Conseil pour les six années à venir que les Oblates de l’Assomption Religieuses Missionnaires d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Europe auront à vivre. Bonne chance à toutes dans l’espérance.

« Seigneur, que ton Règne vienne !»

maquina-fotografica

voir photos

Paraguay – Premières Sœurs Mexicaines !

16508002_1352606174813370_3776116913270121744_nQUAND LE SEIGNEUR APPELLE

DES OUVRIÈRES DU ROYAUME,

AU-DELÀ DES MERS …

Ce dimanche 5 Février 2017, une pluie de bénédiction s’abat sur la ville d’ATYRA au Paraguay !

Chaque personne peut alors lire ce signe du temps avec ses lunettes.

Pour Les Oblates de l’Assomption, Missionnaires dans ce lieu depuis deux ans, ce dimanche est un jour de bénédiction spéciale car deux jeunes mexicaines font leur première profession comme Oblates de l’Assomption.

Comment ont-elles connu la Congrégation ? 

Il n’a pas de frontières là où l’Esprit est à l’œuvre. Toutes deux, ont été accompagnées par nos frères Assomptionnistes du Mexique. Elles ont alors exprimé leur désir de cheminer à l’Assomption, et ont rencontré sœur Luisa Drago et Sr Arlette qui se sont rendu au Mexique pour l’animation de la pastorale vocationnelle. Déterminées et engagées dans l’Eglise locale par l’animation des groupes des jeunes et la pastorale des communautés vivantes, elles ont découvert à travers le charisme de notre Congrégation, cette passion du Royaume qui animait le P. d’Alzon, comme une réponse à leur quête du choix  de vie religieuse.

La jeune professe Elisabeth VELAZQUEZ ROMERO, née le 16  Mars 1984, de la Région de TLALPAN de Mexico, est licenciée en pédagogie et avait travaillé deux ans comme professeur à l’école de Ruan. Après le cheminement de formation initiale et marquée par l’expérience apostolique de stage à Manaus-Amazonie, Elizabeth est enthousiaste pour aller annoncer Jésus-Christ à tous ceux qui ne le connaissent pas encore. Touchée par le charisme de la vie missionnaire, de la vie fraternelle en communauté, c’est dans la joie qu’elle prononce son « Oui » pour donner sa vie comme Oblation, en vue de la mission, partout ou l’Eglise et la Congrégation auront besoin d’elle.

La jeune professe Yvonne RODRIQUEZ LUNA, née le 12 Novembre 1987, à VERA CRUZ au Mexique, est gradué en informatique et enseignante de pratique en computer. Elle dit avoir aimée la mission de la périphérie, plus précisément à Tapaua-Amazonie, pour apprendre à être chaque jour cette voix des sans voix et leur témoigner de l’Amour de Dieu pour tous. Désireuse de porter son expérience de l’amour miséricordieux de Dieu à tous, surtout ceux qui sont les plus nécessiteux, Yvonne se lance joyeusement dans son engagement avec la confiance totale à l’action de Dieu et le soutien de la communauté.

«  Me voici Seigneur, envoie-moi »

pour que ton règne arrive !

capture

Voir Photos

 

Noël d’Espérance ! Joyeux Noël et bonne Année 2017 !

carte-finale-bonne

 

« Voilà mon Dieu petit enfant, mon Dieu anéanti. Sa prédication commence. Ce n’est pas dans la crèche qu’il veut naître seulement, il veut naître dans mon cœur. Oh ! si le jour de Noël Jésus naissait en moi et y grandissait jusqu’à sa plénitude ! Mais pour un tel bonheur il faut marcher sur ses traces… » (P. Emmanuel d’Alzon)

Joyeux Noël à vous et à vos familles ! 

Que l’année 2017 soit pour tous une

Année de paix et d’espérance !

 

Sœur Felicia Ghiorghies et les Sœurs du Conseil général

Les sœurs de la Maison généralice

21 novembre 2016 : Bonne Fête !

Chères Sœurs,

A l’occasion de la naissance au ciel de notre Père Emmanuel d’Alzon, et la Présentation de la Vierge Marie au temple, nous nous rappelons, dans la joie et la communion fraternelle:
.
« La contemplation et l’action sont unies pour nous dans un même but: servir à l’extension du Règne de Jésus-Christ en priant dans le silence, comme Marie notre Mère, ou bien en nous occupant des œuvres qui contribuent au bien de l’Eglise. » E.S. p 79.
.
Avec toute notre affection et notre prière.
.
Sr Felicia et les Sœurs du Conseil Général.
21-nov-2016

Décoration faite pour le 21 novembre 2016 à la Chapelle des Sœurs Oblates de l’Assomption à Paris

 

La JOIE d’appartenir au Christ !

3-soeursAujourd’hui, le 15 novembre 2016,

nous partageons la joie de nos 3 Sœurs Lufeng, Liqin et Cuiyan,

qui se sont engagées définitivement dans notre Congrégation.

La Joie est encore plus grande car ce sont les premières sœurs Oblates en Chine.

 

Nous vous invitons à prier aussi pour toutes nos Sœurs qui font leur profession perpétuelle en cette fin d’année. Par exemple:

virginia

 

En Afrique – Tanzanie :

Sr Virginia PIA , le 19 novembre.

julia

 

En Afrique – Tanzanie :

Sr Julia KISANGA, le 19 novembre.

genovefa

 

En Asie – Corée :

Sr Genovefa KIM, le 21 novembre.

karina

 

En Amérique Latine – Paraguay :

Sr Karina LLANES, le 11 décembre.

Et bien d’autres encore !

Que notre prière les accompagne, pour qu’elles soient fidèles au Seigneur et disponibles au service de leurs frères…

Que Ton Règne Vienne ! Me voici, envoie-moi ! 

 

Roumanie : Jubile d’argent – « 150 ans de fidélité » …

dsc0775220 août 2016,

jour de fête et de grande joie, de louange et de remerciements à Dieu pour les

25 ans de Vie Consacrée de nos Sœurs

Anisoara, Felicia, Genoveva, Maria-Tereza, Maria-Veronica et Bernadetta.

Ce jour-là, nous nous sommes rassemblées au monastère Ste Monique de Izvoare-Bacau : de nombreuses sœurs de Roumanie, de Bulgarie et de France, des personnes consacrées de différentes Congrégations, des amis et des laïques de l´Assomption et des membres des familles des sœurs jubilaires sont venus partager la joie de nos sœurs.

A 11h00, la Messe a commencé, célébrée par Mgr Petru Gherghel, évêque de Iassy, entouré de 15 prêtres. Les sœurs jubilaires sont entrées en procession, chacune portant un cierge allumé qu´elles ont déposé sur l´autel, signe de leur vie totalement donnée au Seigneur.

Mgr Petru Gherghel a dit au début de la Messe : «Votre appel correspond au dessein de Dieu, et votre don de soi se consume pour l’Avènement du Règne de Dieu. Ce service généreux a demandé et demande un effort, et la condition absolue requise est : ‘‘Restez dans mon amour !’’  L´amour demande l´amour. De votre part, chères sœurs jubilaires, la réponse a été les 25 ans : l´AMOUR. » Nous étions vraiment unies à nos sœurs dans la louange, pour leur amour et leur don de soi.

img_7292A l´homélie, l´évêque a rappelé le temps de leurs premiers vœux, le premier pas fait pendant la persécution, en clandestinité : «Les paroles d´aujourd’hui que nous avons écoutées s´accomplissent maintenant, elles sont prononcées pour vous et constituent la joie de vos âmes. Vous devez ne pas oublier une chose : la Parole de Dieu reste éternellement. Elle est valable pour cette fête aussi. L´image de la première lecture de l´Exode, le buisson ardent, est l´image de votre don. Dieu qui brûle et ne se consume pas reste toujours une source qui déborde et qui parle, qui appelle, comme il a parlé et appelé Moïse. Nous pouvons rester avec cette belle image et avec les mots que Moïse a prononcés : « Me voici ! » Des paroles que vous avez prononcées, vous aussi, chères sœurs, quand vous avez décidé de vous rapprocher du buisson ardent… Je peux témoigner que vous avez fait votre choix pendant le temps difficile et triste de la persécution, du manque de liberté. C´est alors que vous vous êtes dirigées vers ce Dieu ardent, vers cet amour qui ne se consume pas, vers Celui qui est venu vers vous et auquel vous avez dit « Me voici ! » Je me rappelle du moment où, dans la maison paroissiale de Bacau, en clandestinité, vous avez commencé le noviciat, en 1989, et après 2 années, vous avez fait les premiers vœux, en 1991. C´était un moment tout à fait particulier et courageux parce qu´il y avait tant de risques… Et vous avez pourtant fait ce pas en vous rapprochant de ce buisson ardent, de cette flamme de l´amour qui est Dieu même. »

Après l´homélie, les sœurs ont renouvelé leur engagement.

?

?

A la fin de la Messe nous nous sommes dirigés vers le réfectoire où tout était préparé pour continuer la fête. Au moment du dessert, un magnifique gâteau, les enfants de Barati sont arrivés pour présenter des danses et des divertissements.

Les sœurs jubilaires ont reçu des fleurs et une bénédiction spéciale de la part du Pape François, à la joie et à la surprise de tous.

.

J´ai profité de ce temps pour rassembler quelques pensées des sœurs jubilaires, des pensées que je consigne ici :

 

Sr M-Tereza« Aujourd’hui, je me sens très émue, heureuse et contente ; je remercie le Seigneur pour les grâces qu´Il m’a offertes au cours de ces vingt-cinq années et d’avoir pu, avec son aide, rester fidèle. Jubiler signifie être joyeux, être gai. Je désire que cette joie continue et j’espère la vivre toujours, avec l’aide de Dieu. » Sr Maria-Tereza

Sr Genoveva 1« Ce jubilé m´a rappelé la joie du début de notre vie religieuse, celle du premier engagement, celle du temps où nous nous sommes rencontrées, connues, et je crois que c’est la même joie. J’aime ça. Je me réjouis de la vie et de chaque sœur ; je me réjouis de ma famille religieuse. Aujourd’hui, tant de monde nous a entourées, nos parents se sont réjouis pour nous. Je sens que nous nous réjouissons les uns les autres, de cet appel, de tout ce que le bon Dieu nous donne. Pour l´avenir, ce que je désire le plus, c’est d´avoir une foi profonde. Je demande à Dieu d’augmenter ma foi pour vivre la vie qu’Il me donne en sa présence. Je désire la même chose pour chaque sœur afin que nous puissions vivre dans la joie, être un signe, une joie pour tous. » Sr Genoveva

Sr M-Veronica 2jpg« Je me rappelle avec une affection respectueuse, de nos Fondateurs, de leur vie exemplaire, des difficultés qu´ils ont su surmonter. Nous sommes appelées à approfondir notre amour avec Dieu afin de pouvoir dire comme St Paul : « Ma vie, c´est le Christ ». A leur suite, nous devons avancer dans la vie quotidienne. J’ai du mal à croire que nous sommes arrivées jusqu’à ce jour ! Je remercie Dieu que tant de sœurs aient pu ici se rassembler, et je lui demande que sa grâce nous accompagne toujours. » Sr Maria-Veronica

 .Sr Felicia 1« Je suis reconnaissante au bon Dieu pour sa fidélité envers nous, envers moi, et je demande, pour l’avenir, la grâce de pouvoir répondre à sa confiance et à son amour pour le reste de ma vie. » Sr Felicia

 

Sr Anisoara 1« En ce jour, je me sens très heureuse : le bon Dieu m´a donné la grâce de pouvoir vivre dans cette Congrégation. J´offre mon acte de louange et de glorification au Seigneur ; je désire rester toujours fidèle à sa Parole et à la mission, là où je suis envoyée, afin de Le servir par ma vie. » Sr Anisoara

.

Sr Berna« Le jubilé est un moment de grâce où Dieu se révèle d´une autre manière qu´il ne l´a fait jusqu´à présent. En même temps, nous nous rappelons de sa bonté, de ses bénédictions, de sa présence, nous voyons ses grâces et surtout son œuvre dans notre vie. Vivre le Jubilé signifie s´ouvrir vers l´avenir, vers une perspective missionnaire, d´implication plus concrète dans la vie. La vie nous offre beaucoup d´événements, ce qui est important, c’est de les découvrir de l’intérieur et de les vivre pleinement. » Sr Bernadetta

La joie continue à Izvoare, elle continue aussi dans nos cœurs ; elle s´est répandue chez les participants et dans leurs maisons. Nous prions le bon Dieu de nous donner la grâce de demeurer en Lui qui est source de joie, d´amour et de fidélité.

BON ANNIVERSAIRE, chères sœurs jubilaires !

capture

Découvrez l’album photos !

Sr Viorica Beres

 

Roumanie – 25 ans de vie religieuse … Merci !

jubile roumanie f et bCe samedi, 20 août 2016, la Région Roumanie

célèbre une messe d’action de grâce

pour les 25 ans de vie religieuse des Sœurs : 

Genoveva BENCHEA

Ana BULAI

Veronica DEMETER

Felicia GHIORGHIES

Tereza ZAPODEANU

Bernadetta ZEDIU

.

La célébration aura lieu dans la chapelle de la communauté  

Sainte Monica – Izvoare, Bacău à 11H00,

suivie d’un repas fraternel! 

C’est une belle occasion de rendre grâce à Dieu pour leur fidélité mais aussi de prier pour les vocations religieuses.

Avec nos sœurs jubilaires nous rendons grâce pour leur jubilé, parce que le Seigneur a été source de fécondité dans leur Vie.

Lui, qui leur donne la joie de Vivre, la joie d’aller vers les autres, joie en Communauté….

Comment ne pas dire Merci, Merci Seigneur !

Avec nos soeurs, nous pouvons dire cette prière :

Seigneur tu es mon fidèle compagnon, « Tu sais Tout, tu sais bien que je t’aime. »
« Tous les jours de Ma vie, Seigneur, tu es avec moi, rien ne va me manquer. Tu me prends par la main pour diriger mes pas. Tu es là, Seigneur, tous les jours de ma Vie, Seigneur tu es toujours avec moi. »

25 ans, nouvel élan !
25 ans, nouveau départ avec Passion et enthousiasme !
25 ans, avec Toi, toujours Avec Toi, Jésus-Christ mon Seigneur.

Alléluia ! Alléluia ! Magnificat !

Capture

 

Roumanie : Grande fête en l’honneur de Mère Emmanuel-Marie Correnson

?

Chapelle de la communauté de Izvoare

.

Le 23 juillet 2016,

jour de joie fraternelle

à l’occasion de la

clôture de

l’Année Marie Correnson.

.

Pendant cette année,

Mère Emmanuel-Marie nous a accompagnées

d’une manière spéciale.

.

.

En septembre 2015, nous avons eu une session animée par Sr Felicia et dédiée à notre Co-Fondatrice, puis nous avons approfondi ses écrits au cours des réunions communautaires. Nous nous sommes senties plus proches d’elle et désirons continuer ce rapprochement pour mieux la connaître, imiter sa vie, sa confiance totale en Dieu et sa dévotion spéciale à l’Esprit Saint.

Les célébrations occasionnées par cet événement ont eu lieu dans la communauté Sainte Monique de Bacau-Izvoare. Les soeurs des communautés de la région de Bacau ont participé en grand nombre, le père Ovidiu Robu AA, des Laïques et des Amis de l’Assomption.    

?

Père Ovidiu – A.A.

À 11h30 une Messe a été célébrée dans la chapelle du monastère.

À l’homélie, le Père Ovidiu nous a encouragées à tendre vers la sainteté selon le modèle de notre Co-Fondatrice, Emmanuel-Marie Correnson et de sainte Brigitte que l’Église commémorait ce 23 juillet.

Le Père nous a rappelé l’importance de rester unies au Christ comme nous invite notre Sauveur, même dans l’évangile du jour :

«Restez en moi et moi en vous ! Comme la vigne ne peut produire des fruits toute seule si elle ne reste pas attachée au cep, de même vous, si vous ne restez pas en moi. Je suis la vigne, vous êtes les sarments. Celui qui reste en moi et moi en lui, celui-là porte des fruits, car sans moi, vous ne pouvez rien faire.» (Jn 15,4-5)

Après la Messe, nous sommes tous descendus au réfectoire joliment paré, pour prendre le repas de fête dans une atmosphère fraternelle de joie où nous avons pu partager nos impressions. La fête a continué avec une heure d’adoration animée par Sr Bernadetta, avec des extraits des lettres de Mère Emmanuel-Marie, suivie par la prière des Vêpres.

Après la bénédiction du Saint Sacrement nous nous sommes saluées et nous sommes retournées chacune à nos apostolats, les cœurs pleins de reconnaissance pour nos Fondateurs, pour toutes les sœurs qui nous ont précédées et avec la confiance que le Seigneur bénira notre Congrégation avec de nouvelles vocations qui puissent continuer le travail pour la venue du Royaume de Dieu.

Capture

Découvrez les photos !

Sr Viorica – OA