Tanzanie : Formation permanente: suite et fin


Il y a quelques jours, nous avions donné quelques nouvelles de notre temps de session avec Mgr Josaphat Lebulu sur le thème de l’Espérance dans notre vie missionnaire. Voici aujourd’hui d’autres  nouvelles pour la suite et la fin de notre temps de formation, notamment les deux derniers jours : samedi et Dimanche.

Pour la suite, nous avons médité sur les dons et les fruits du Saint-Esprit.

Deuxième jour :

Les dons du Saint –Esprit (1 Corinthiens 12, 4-12)

Notre conférencier nous a invité à ouvrir les « yeux de notre cœur » pour voir les dons qui nous sont donnés, (chacune selon ses dispositions)  pour la construction de la communauté, et de l’Eglise. Reconnaître cet Esprit à l’œuvre en chacun de nous, suppose un travail personnel et communautaire de décentrement, se vider afin de se laisser remplir par le Saint-Esprit. En effet on ne peut pas remplir « une bouteille déjà pleine » a-t-il insisté.

Se vider, se détacher renoncer pour vivre. Ce vocabulaire est assez mal compris et fait peur quelques fois. Car on pense à une vie triste et forcement austère. Mais le renoncement dont il est question ici n’est pas le refus de la joie, mais la recherche de la liberté en Dieu. Car plus on se détache de nos propres vues, des images de Dieu façonnées par nos cultures, des préjugés sociaux et culturelles sur nos sœurs ; Mais sans oublier nos histoires personnelles et communautaires, le Seigneur nous envoie son Esprit et vient faire sa demeure dans notre cœur pour écrire une nouvelle page de notre histoire.

Un autre moment important  de cette journée était la démarche communautaire de découverte des talents de chacune des sœurs avec lesquelles nous vivons. Cet exercice, pas si simple et évident, nous a conduit à un changement de regard. Finalement regarder le positif dans l’autre, en mettant les mots sur les valeurs de chacune de nous, nous aide réellement à fonder la fraternité sur ce qui est bien et beau dans la vie de ma sœur. l’Epitre de Saint Pierre qui nous invitait à mettre nos dons et talents au service des unes des autres comme de bons gérants de la grâce de Dieu ( 1 Pierre 4, 10-11), nous était proposé en conclusion de notre journée. Cette expérience très émouvante, a sans doute eu le mérite de nous rapprocher et de mieux apprécier chacune à sa juste valeur. Nous avons de nouveau pris conscience qu’au départ, le Seigneur vit que tout était très bon… (Gn 1-2). Ces dons de Dieu sont destinés au service du prochain (Diaconia)

Le troisième jour :

Le dimanche matin nous avons célébré la messe dominicale avec les élèves du collège d’Alzon. La suite de notre troisième et dernière de session avec Mrg Josaphat, portait sur la reconnaissance  et l’accueil des fruit du Saint Esprit (Galates 5, 22).

En effet, une belle découverte pour la plupart d’entre nous, était de comprendre qu’en réalité, le Fruit de Saint –Esprit c’est Le Christ lui-même, dans ses dispositions humaines et divines (Philippiens 2, 5). Notre consécration chrétienne et religieuse ne sera audible à nos contemporains que dans la mesure où ils verront ces dispositions du Christ en nous. Notre mission en Eglise comme religieuse n’est pas tant de faire , que d’être avec Jésus : « Maître où demeures-tu ?… Viens et vois », nous a rappelé notre animateur principal. Le Seigneur veut faire route avec nous et alléger nos fardeaux (Matthieu 11, 28-30). Quand nous lisons les évangiles, Jésus lui-même nous apprend l’Amour, la Joie, la fidélité, la maîtrise de soi, la patience, la bienveillance et l’humilité. Il nous enseigne lui-même dans son humanité, le chemin de l’Espérance qui ne trompe pas. Devant les échecs et les rejets dans nos expériences religieuses missionnaires, le cœur détaché et libre, nous pourrons oser faire de nouveau confiance et recommencer. Car comme le rappelle Saint Paul « la détresse de l’échec produit la persévérance, la persévérance produit la valeur éprouvée, et celle-ci produit l’espérance qui ne trompe pas.

Ce thème de l’Espérance comme nous le savons, accompagne notre réflexion communautaire depuis le dernier chapitre général (Juillet 2017). Notre supérieure générale nous a invité à devenir des prophètes d’espérance pour nos communautés, mais aussi entre nous cela passe par la démarche de vérité, et d’unité entre nous, sans laquelle tout discours serait vain. « Même si parfois, nous avons été blessées et déçues par certaines personnes, nous avons blessées à notre tour (…), nous avons perdu la confiance dans l’humanité, le Seigneur est plus grand que notre cœur et l’Espérance nous fait avancé ». (NI, n°31).

Alors osons vivre, aimer, rêver et croire… Ne nous laissons pas voler l’espérance !

Nous avons terminé ce temps de rencontre autour d’un repas fraternel, heureuse de faire connaissance, ou de se retrouver !

Découvrez les photos!

Sr Marlyn NGANZALI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s